Peaux sensible

Règle #3, essayez de faire confiance aux professionnels


pilules
10 heures du matin, j’annonce à ma boss que je pars du travail et que je prends une journée de maladie, elle me regarde un peu confuse, mais j’ai l’air décidé et elle me laisse partir. Je me rends à la clinique la plus proche de chez moi. Je n’en peu plus, la peau me gratte et les boutons recommencent (de belles bosses comme des cloches d’eau)… La salle est pleine, 40 patients devant moi, je m’arme de revues, gratteux (lotto qui dure des heures) bouteille d’eau, journaux, pinottes, tout ce qui peut me faire passer le temps. S’il le faut, je vais faire du camping, dormir ici, mais je me dis que je dois rencontrer au moins un médecin avant que mon moral l’emporte et que la situation se désagrège ! Un mec devant moi ronfle, l’autre à ma gauche digère son souvlaki du diner, (on peut le sentir des kilomètres à la ronde), deux gamins tournent comme des fous autour d’une chaise pendant que leur mère discutent de couches et de biberons ensemble, je me retiens de partir…

De plus, je manque la présentation de notre nouvelle campagne publicitaire au travail (c’est comme la messe de pâques pour les croyants, c’est crucial d’y assister). Tant pis, les collègues penseront ce qu’ils veulent, je sens que ma peau ne peu plus attendre… 5h30 plus tard (ce n’est pas des farces) ! J’entre dans le bureau d’un médecin… Elle aussi est confuse… C’est un dermato que tu dois voir ! Tiens donc Docteur, mais au Québec on doit passer par vous en premier… Je vais vous faire un papier ! Ha non, je n’ai pas attendu 5 heures dans votre clinique pour attendre 3 mois avant de voir un dermato ! En voyant la mention S.O.S en gros et large dans mes yeux, elle fait avancer les choses. Deux jours plus tard me voilà dans la clinique du dermato (comme quoi notre système de santé peut finalement être plus rapide qu’on le pense )…

Selon le dermato, c’est une acné rosacée… pas de l’eczéma… Bon c’est étrange, mais c’est lui le pro après tout. Après mes lectures et mes recherches, j’étais convaincue à un eczéma de contact…(je le suis toujours d’ailleurs, mais bon…)
Aussi, naturellement, les plaques avaient diminué et naturellement, Monsieur ne voit pas grand-chose de très inquiétant, normal ce n’est pas son visage.

C’est sans toucher mon visage, sans s’approcher (en restant derrière son bureau), sans me proposer de faire des tests d’allergie, ni me demander quelle crème pour la peau j’utilise, il diagnostique que je ne souffre que de rosacée, qu’il n’y a pas de solution à par son laser Vbeam à 600$ la séance !

Oui, je suis rouge et oui ça m’énerve, mais le plus grave selon moi ce n’est pas les rougeurs, mais les boutons et les plaques qui viennent et repartent, Monsieur… Je pense que c’est pour cette raison que je suis venue vous voir.

Ça m’a fait un peu péter les plombs, j’ai dû insister pour avoir au moins une crème à la cortisone pour faire partir les démangeaisons dans mon cou et pour mes boutons ? Parce que je ne sais pas, mais ce n’est pas votre laser qui va les faire partir et ce n’est pas vous qui vivez avec Monsieur à la peau parfaite qui veut juste me vendre son laser et prendre sa retraite à 45 ans !… Voyant mon mécontentement, il me prescrit un traitement de 3 mois aux antibiotiques, une crème à la cortisone et je suis à la porte de son bureau après 5 minutes de consultation…

C’est la pharmacienne qui m’a encouragée un peu plus en me disant qu’il était un très bon dermato (on n’a pas tous la même définition du bon docteur). Elle a pris soin de m’expliquer les effets secondaires de chacun des médicaments. Pour elle, le laser n’est pas nécessairement le bon choix, car les effets ne durent pas longtemps, elle pense comme moi, il y a certainement des irritants dans mon environnement. Eau, savon, parfum, aliments, etc.. Je dois continuer mes recherches. Je vais gober mes antibios (qui ressemblent comme deux goûtes d’eau aux pilules du jeu de Docteur Mario), voir si au moins les boutons partent (selon quelques sites américains, les résultats au Minocycline est encouragent…) Continuer à faire attention à ce que je mange. Définitivement enrayer le café et me conditionner à y croire…

Voici un article vraiment très bien sur la rosacée